Février 2018 - Musique orchestrale ou de chambre avec l'Orchestre de Chambre de Paris

Publié le 30 janvier 2018

L’Alouette
Le samedi 3 février 2018 à 15 H - Salle Cortot


Les artistes
Deborah Nemtanu : violon
Olivia Hughes : violon
Aurélie Deschamps : alto
Benoît Grenet : violoncelle
Henri Roman : basson

Le programme
HAYDN Quatuor en ré majeur « L’Alouette »
DUPUY Quintette avec basson
BEETHOVEN Quatuor no 4 en ut mineur

Le concert
Né en Suisse en 1770, la même année que Beethoven, Édouard Dupuy connut une étonnante destinée. Formé à Paris, il vécut en Prusse, puis en Suède d’où il fut banni. Il se réfugia au Danemark. Violoniste et compositeur, il fut aussi un remarquable chanteur d’opéra. Son écriture habile et chantante met en valeur le basson, devenu un instrument concertant. Avec Haydn et Beethoven, chaque instrument du quatuor forme une voix indépendante. Goethe eut ce mot savoureux : « Le quatuor est une conversation entre quatre personnes de bonne éducation. » Le quatuor surnommé « L’Alouette » de Haydn est probablement le plus joué du compositeur. Ses trouvailles et sa diversité rythmique en font un chef-d’oeuvre. Les premiers quatuors de Beethoven s’éloignent progressivement du style de Haydn et de Mozart. Celui en ut mineur se révèle d’une grandeur tragique et héroïque à la fois.

Avant-concert
D’anciens élèves du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris proposent au public venu assister aux concerts de musique de chambre des avant-concerts d’une dizaine de minutes pour présenter les œuvres et apporter des clés d’écoute.

Réservations

 

Beethoven / Berg
Le jeudi 8 février 2018 à 20 H - Entrée en musique dès 19 H - Théâtre des Champs-Élysées

Les artistes
Douglas Boyd : direction
Alexander Melnikov : piano
Anthony Marwood : violon

Le programme
BEETHOVEN Concerto pour piano no 2 en si bémol majeur
BERG Kammerkonzert

Le concert
Deux solistes, deux fortes personnalités ! Alexander Melnikov étonne par la variété de son répertoire car il joue aussi bien sur instruments anciens que modernes. Il connaît « son » Beethoven à la perfection. En témoigne l’intégrale des sonates pour violon et piano gravées avec Isabelle Faust. Le Concerto pour piano no 2 qu’il interprète est encore teinté de sonorités mozartiennes. Le pianiste russe rejoint le violoniste britannique Anthony Marwood dans le Kammerkonzert de Berg. La partition inaugure, en 1923, la période dodécaphonique du compositeur. Il écrivit cette pièce pour célébrer l’anniversaire d’Arnold Schönberg. L’oeuvre se révèle plus proche de la symphonie concertante que du divertissement. Sa violence expressive impose à certains instruments une virtuosité à la limite de leurs possibilités techniques.

Entrée en musique – 19 h
En prélude au concert, Stéphane Friederich vous convie à une discussion à la fois intime et rythmée. Un véritable échange s’établit entre chefs d’orchestre, solistes, musiciens, le musicologue et le public autour des œuvres que vous vous apprêtez à entendre. Invitée : Elisabeth Brisson

Réservations

 

Nuits
Le samedi 10 février 2018 à 15 H - Salle Cortot

Les artistes
Florian Maviel : violon
Nicolas Alvarez : violon
Serge Soufflard : alto
Aurélie Deschamps : alto
Benoît Grenet : violoncelle
Livia Stanese : violoncelle

Le programme
DUTILLEUX Ainsi la nuit
SCHÖNBERG La Nuit transfigurée

Le concert
Les musiciens de l’orchestre de chambre de Paris ont choisi deux chefs-d’oeuvre de la musique de chambre du XXe siècle. Et, plus encore, deux approches différentes de la thématique de la nuit. La Nuit transfigurée dans sa version originale pour sextuor repose sur des poèmes de Richard Dehmel dont l’écriture entre en résonance avec l’univers sonore de Schönberg. L’oeuvre, qui évolue dans une atmosphère sensuelle, n’a rien perdu de son pouvoir d’envoûtement. Ainsi la nuit d’Henri Dutilleux est, depuis l’après-guerre, l’une des pièces majeures du genre. Son lyrisme paraît, en effet, synthétiser un siècle de musiques nocturnes, de Mahler à Bartók en passant par Debussy. Il revendique à demi-mot une inspiration impressionniste.

Avant-concert
D’anciens élèves du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris proposent au public venu assister aux concerts de musique de chambre des avant-concerts d’une dizaine de minutes pour présenter les œuvres et apporter des clés d’écoute.

Réservations

 

Focus Beethoven
Le jeudi 15 février 2018 à 20 H Entrée en musique dès 19 H - Théâtre des Champs-Élysées

Les artistes
Douglas Boyd : direction
Steven Osborne : piano

Le programme
BEETHOVEN Les Créatures de Prométhée (extraits) / Symphonie no 8 Concerto pour piano no 4

Le concert
Le 22 décembre 1808, les Viennois assistèrent à la création du Quatrième Concerto pour piano, des Cinquième et Sixième Symphonies, de l’aria « Ah, perfido ! », de la Fantaisie pour piano op. 77 et de la Fantaisie chorale op. 80 ! Pour interpréter le concerto, l’Orchestre de chambre de Paris accueille à nouveau le pianiste écossais Steven Osborne. Il est le soliste d’une partition bouillonnante d’énergie et d’une grandeur irrésistible. Deux œuvres symphoniques moins jouées sont au programme. Les Créatures de Prométhée étaient à l’origine destinées à un ballet dont le thème correspondait aux idéaux du musicien : le mythe du héros, sa passion pour la destinée de l’homme, l’influence considérable de la Révolution française en Autriche. Enfin, la Huitième Symphonie fait preuve d’un humour et d’une ironie que l’on ne s’attend guère à trouver chez le compositeur.

Entrée en musique – 19 h
En prélude au concert, Stéphane Friederich vous convie à une discussion à la fois intime et rythmée. Un véritable échange s’établit entre chefs d’orchestre, solistes, musiciens, le musicologue et le public autour des œuvres que vous vous apprêtez à entendre.

Réservations

 

Quatuor pour la fin du temps
Le samedi 17 février 2018 à 15 H - Salle Cortot

Les artistes
Deborah Nemtanu : violon
Florent Pujuila : clarinette
Livia Stanese : violoncelle
François-Frédéric Guy : piano

Le programme
MESSIAEN Quatuor pour la fin du temps
HAYDN Trio pour piano et cordes no 45 en mi bémol majeur

Le concert
Il est juste d’affirmer que Haydn fut le créateur d’un genre musical, le quatuor à cordes. Il s’empara de cette forme presque par hasard, affirma-t-il. Quoi qu’il en soit, il lui revient d’avoir posé les bases d’un discours musical raffiné, qui allait s’imposer dès la fin du XVIIIe siècle. Deux cents ans plus tard, le décor a changé : simple soldat mobilisé en 1939, Olivier Messiaen est fait prisonnier. Dans son stalag, à Görlitz, il côtoie le violoncelliste Étienne Pasquier, puis Henri Akoka, clarinettiste de l’Orchestre national, et enfin le violoniste Jean Le Boulaire. C’est dans ce lieu pourtant peu propice à la création qu’il achève l’écriture de son Quatuor. L’oeuvre est marquée par la foi et l’espérance d’un musicien qui n’a jamais douté.

Avant-concert
D’anciens élèves du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris proposent au public venu assister aux concerts de musique de chambre des avant-concerts d’une dizaine de minutes pour présenter les œuvres et apporter des clés d’écoute.

Réservations

 

Un songe d’une nuit d’été
Le samedi 24 février 2018 à 20 H - CENTQUATRE-PARIS

Les artistes
Benjamin Levy : direction
Juliette Deschamps : réalisation du film et vidéomix en direct
Binelde Hyrcan : collaboration artistique
Boris Mychajliszyn : chef de chœur
Chloé Briot : soprano
Pauline Sabatier : mezzo-soprano
William Nadylam : récitant
Maîtrise de Paris : choeur

Le programme
MENDELSSOHN Le Songe d’une nuit d’été

Le concert
« En Afrique, j’ai vu un jour, à l’extérieur d’un cinéma, deux enfants, deux bateleurs, mimant et rejouant le film qui était projeté à l’intérieur de la salle. […] Ces bateleurs d’aujourd’hui m’ont fait penser à Shakespeare et, immanquablement, au Songe d’une nuit d’été et à son théâtre dans le théâtre. » Juliette Deschamps
Au programme de ce concert, la plus célèbre des œuvres symphoniques de Mendelssohn qui composa son ouverture, géniale description en musique de la féerie dramatique de Shakespeare, à dix-sept ans, en 1826. Dans cette musique de scène, des artisans dansent, interrompus par le hi-han de l’âne ou des chasseurs sonnant de la trompe dans l’obscurité inquiétante de la forêt enchantée. L’orchestre, un chœur de femmes et d’enfants, deux solistes et un comédien sont accompagnés sur scène par un film de Juliette Deschamps, tourné lors d’un voyage en Angola au cours de l’hiver 2015/2016. En tout, cinquante-six séquences mixées en direct pour une véritable performance musicale et visuelle sous la direction de Benjamin Levy. 

Réservations

Monceau Assistance

Accéder à mon espace personnel

     

Accéder à l'espace présidents

     

Nous rencontrer

     

Les sociétés du groupe Monceau Assurances adhèrent à plusieurs fédérations professionnelles