Les propositions des assureurs pour réussir la transition écologique

Publié le 18 janvier 2022

Dans l’optique de l’élection présidentielle 2022, France Assureurs enrichit sa plateforme présidentielle avec un nouveau livre blanc : « Réussir la transition écologique et renforcer la résilience face aux défis climatiques ». 5 propositions concrètes et ambitieuses y sont présentées par les assureurs qui envisagent également une réforme du régime des Catastrophes Naturelles.

 

France Assureurs, ex-Fédération Française de l’Assurance (FFA), qui a changé d’identité et présenté sa plateforme présidentielle, a dévoilé un livre blanc synthétisant les 5 propositions concrètes des assureurs en matière de transition écologique et défi climatique. Les assureurs jouent déjà un majeur rôle dans la prévention et l’indemnisation des sinistres liés au changement climatique. À travers ce livre blanc, France Assureurs entend mettre l’expérience et l’engagement des assureurs au service de la réussite collective de la transition écologique.  

Ce livre blanc dresse un état des lieux de la situation climatique et environnementale en France, en Europe et dans le monde et de ses perspectives d’évolution, en s’appuyant sur des expertises locales, nationales et internationales, ainsi que des études produites au sein de l’écosystème assurantiel. La Fédération entend ainsi mettre l’expérience et l’engagement des assureurs au service de la réussite collective de la transition écologique. Le premier objectif de ce livre blanc est donc de présenter des propositions concrètes afin d’accélérer cette transition. Le second objectif est de mieux faire connaître l’action des assureurs en faveur de la transition vers une économie durable.

Vers une- réforme du régime des catastrophes naturelles ?

Depuis 1982, la France s’est dotée d’un régime public-privé d’indemnisation des catastrophes naturelles unique en Europe, qui a permis de répondre à l’accroissement du coût des événements naturels. Chaque Français verse aujourd'hui en moyenne environ 25 euros par an pour bénéficier de ce régime. « Celui-ci a aujourd’hui besoin d’être réformé : les assureurs ont donc contribué aux récentes initiatives parlementaires, afin de continuer à l’améliorer », indique la Fédération.  La profession participe par ailleurs à de nombreuses instances nationales dédiées à la prévention des aléas naturels, qui réunissent des acteurs divers, à l’image du Conseil d’Orientation pour la Prévention des Risques Naturels Majeurs (COPRNM) qui gère le Fonds de prévention des risques naturels majeurs, dit fonds « Barnier ». Les assureurs sont également membres du réseau de « Coordinateurs Risques Naturels » qui représentent la profession de l’assurance dans chaque Commission départementale de prévention des risques naturels majeurs.

Une augmentation croissante des coûts des sinistres liés aux évènements naturels

En France, les coûts des sinistres liés aux évènements naturels augmentent depuis 40 ans, avec une accélération ces dernières années : nous sommes ainsi passés d’un coût moyen annuel d’un peu plus d’1 milliard d’euros dans les années 1980 à 4 milliards d’euros d’indemnisation au cours des dernières années, tous périls confondus. Les experts de France Assureurs, dans une étude exclusive publiée en octobre 2021, estimaient que les coûts liés aux aléas climatiques pourraient doubler au cours des 30 prochaines années en France pour représenter 143 milliards d’euros. Le changement climatique contribuerait pour un peu plus d’un tiers à cette augmentation. Dans le même temps, Assurance Prévention, l’association de France Assureurs dédiée à la prévention, dévoilait les résultats d’une autre étude exclusive sur les Français face aux risques naturels. 74% d’entre eux sont fortement inquiets de leur impact au niveau mondial. S’ils sont conscients du danger de tels risques, les Français ne se considèrent en revanche pas bien préparés.

Les 5 propositions ambitieuses des assureurs

 

  1. Etablir une cartographie nationale complète pour chaque risque climatique, et en particulier des zones inondables, intégrant toutes les sources de données existantes, et lancer un programme de recherche ambitieux sur les sécheresses, dont le montant des sinistres pourrait tripler d’ici 2050.

 

  1. Mieux informer et former les citoyens, les entreprises et les élus locaux aux risques climatiques, à travers des actions de sensibilisation mieux ciblées et un partage de l’information plus efficace.

 

  1. Généraliser et améliorer le recours aux outils de prévention existants tels que les Plans communaux et intercommunaux de sauvegarde (PCS) et les Plans de continuité d’activité des entreprises. Aujourd’hui, un peu moins de 12 000 communes disposent de PCS alors que près de 24 000 d’entre elles sont exposées à au moins un risque naturel majeur.

 

  1. Poursuivre la réforme du régime des catastrophes naturelles pour le pérenniser.

 

  1. Généraliser la pratique du « Say on Climate », à travers un vote annuel consultatif en assemblée générale sur la stratégie climat de chaque entreprise et sa mise en œuvre.

 

« Parce qu’ils en supportent une partie du coût financier et sociétal, les assureurs disposent d’une expertise unique en matière de risques climatiques. En protégeant leurs assurés, en réparant les dommages qu’ils subissent et en améliorant leur culture du risque, ils contribuent à la résilience de notre société tout entière. En tant qu’investisseurs de long terme, ils contribuent à la transition vers une économie bas carbone. C’est la raison pour laquelle ils présentent dans ce livre blanc des solutions concrètes, au service de tous nos concitoyens et des générations futures. », insiste Florence Lustman, présidente de France Assureurs.

Pour découvrir le livre blanc : https://www.franceassureurs.fr/nos-positions/lassurance-qui-protege/livre-blanc-reussir-la-transition-ecologique-et-renforcer-la-resilience-face-aux-risques-climatiques/


Monceau Assistance

Accéder à mon espace personnel

     

Accéder à l'espace présidents

     

Nous rencontrer

     

Les sociétés du groupe Monceau Assurances adhèrent à plusieurs fédérations professionnelles